Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

 jeunes-orthodoxes-isere

jeunes-orthodoxes-isere

Nous proposons de vous informer sur l’actualité orthodoxe en Isère et dans le monde entier, d'expliquer la doctrine orthodoxe et la différence entre notre foi orthodoxe et celle des autres.


Lexique employée dans l’église orthodoxe

Action de grâces- Remerciements pour des bienfaits reçus. Saint Paul en recommande la pratique constante (1 Thessaloniciens 5, 18) : En toute chose, soyez dans l'action de grâces.

Agapes- Repas fraternel des chrétiens (après un office).

Ambon- Petite estrade ou pupitre placé dans la nef, d'où se font les lectures, les annonces et les prédications. Il y a en principe deux ambons devant le sanctuaire : l'un à gauche (en regardant vers l'autel) pour la lecture de l'évangile et la prédication (plus souvent appelé chaire), l'autre à droite pour la lecture des Épîtres et de l'Ancien Testament, et pour les annonces.

Agneau- Parcelle principale, de forme cubique, découpée dans une prosphora et représentant l'Agneau de Dieu (le Christ) immolé en sacrifice.

Alléluia- Acclamation hébraïque signifiant «louez Dieu». Chant qui précède la lecture de l'évangile.

Amen- Terme hébreu qui signifie «il en est ainsi» et qui implique fermeté et solidité. Ce mot «scelle» certaines prières dites au cours des offices. Il exprime le concours actif, la participation responsable de chacun, et de tous ensemble, à l’unique action liturgique de l’Église. Cette ferme réponse ne doit jamais être automatique ni être une tiède adhésion, mais impliquer la vie entière et tout l'être en un acte de foi et de confiance. Dans l’Apocalypse (3, 14), l'Amen désigne le Christ lui-même. Dire Amen, c’est dire «oui» au Christ, à sa parole et à sa volonté. C'est témoigner que la marche vers Dieu est déjà commencée.

Amict- Linge que les clercs placent autour du cou et sur les épaules avant de revêtir leur aube.

Anamnèse- Du grec anamnesis, signifiant : souvenir, mémorial, action de rappeler à la mémoire. Il s'agit d’un acte rendant actuel un événement passé ou même - paradoxalement - à venir, en le rappelant non seulement à la mémoire des hommes mais aussi à celle de Dieu. Au cours de la Liturgie eucharistique, pendant la Liturgie des fidèles, l'anamnèse rappelle à la mémoire de l'assemblée l'œuvre de salut que Dieu a accomplie pour nous (1 Co 11, 24, sq.) et développe le thème de la présence du Seigneur (Mt 28, 20).

Année liturgique- À la différence de l'année civile, elle commence le 1er dimanche de l’Avent (dans l'Église d'Orient, elle débute le 1er septembre). Elle a pour temps forts les différentes fêtes. Chaque dimanche commémore la Résurrection du Seigneur. Chaque jour est célébrée la mémoire d'un ou plusieurs saints.

Antienne- Phrase musicale courte qui peut être comparée à un refrain. Elle précède et clôt le chant du psaume et parfois l'entrecoupe. Elle précise le sens dans lequel le psaume doit être compris.

Astérisque- Étoile composée de deux lamelles de métal, recourbées en demi-cercle, croisées l'une sur l'autre et terminées, en haut, par une croix. Elle sert à préserver les saints dons du voile qui doit les couvrir. En occident, on utilise une «tour» qui a la même fonction et qui est souvent fabriquée en terre cuite.

Aube- Vêtement blanc porté par les clercs mineurs et majeurs lorsqu'ils célèbrent un office.

Autel- L'Ancien Testament témoigne de l’édification par le peuple d'Israël de nombreux autels au Seigneur pour y offrir des sacrifices ou commémorer les lieux où Dieu S’était manifesté (Gn 12, 7-8 ; 33, 20 ; 35, 1-7...). Après la construction du Temple de Jérusalem, le centre du culte et des rites devint l'autel des holocaustes qui symbolisait dorénavant la présence de Dieu. Pour les chrétiens, la signification de l'autel placé dans le sanctuaire de l'église, est autre. Il est le lieu où se déroule le sacrifice eucharistique ; il porte aussi la Croix où le Christ fut crucifié et il représente le tombeau d'où Il ressuscita. Il représente encore le trône céleste. On place toujours sur l'autel une croix, et, pendant la liturgie, on y déplie un linge sur lequel est représenté la mise au tombeau du Seigneur: l'antimension. Outre la croix, l'antimension, les saints Dons et le saint chrême, on ne place pas autre chose en permanence sur l'autel que l'Évangile et des luminaires, cierges et/ou veilleuses.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents