Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 jeunes-orthodoxes-isere

jeunes-orthodoxes-isere

Nous proposons de vous informer sur l’actualité orthodoxe en Isère et dans le monde entier, d'expliquer la doctrine orthodoxe et la différence entre notre foi orthodoxe et celle des autres.


KINGSTON (Jamaica): un message du patriarche oecuménique sur la paix

Publié par jeunes-orthodoxes sur 16 Mai 2011, 21:31pm

Catégories : #ACTUALITE

patriarcUn message du patriarche oecuménique Bartholomée Ier, " primus inter pares " au sein de l'épiscopat de l'Eglise orthodoxe, a été lu, le 22 mai, dans le cadre du Rassemblement oecuménique international pour la paix (ROIP), organisé à Kingston (Jamaïque), par le Conseil oecuménique des Eglises (COE). A l'occasion de ce rassemblement qui marquait la conclusion d'un vaste processus de consultation sur " la paix juste " lancé par la 9e assemblée générale du COE qui s'était tenue à Porto Alegre (Brésil), en février 2006, les chrétiens étaient invités à travers le monde à célébrer " le don de paix que nous a fait Dieu " et à s'unir dans " l'espérance de la paix ". " Nous saluons avec une grande joie le rassemblement oecuménique international pour la paix ", affirme Bartholomée Ier qui veut voir dans cette initiative du COE un signal fort pour " [mobiliser] les efforts et les réseaux des Eglises visant à lutter contre la violence et susciter de nouvelles initiatives dans ce domaine ". " Nous affrontons des circonstances radicalement nouvelles, qui exigent de nous un engagement tout aussi radical en faveur de la paix ", affirme-il notamment. Le rassemblement de Kingston qui s'articulait autour de quatre sous-thèmes — " paix dans la communauté ", " paix avec la terre ", " paix sur le marché " et " paix entre les peuples " — avait pour objectif de réunir les représentants des différentes familles d'Eglises — protestantes, anglicanes, vieilles-catholiques et orthodoxes — qui sont membres du COE, afin de témoigner de leur engagement commun en faveur des processus de paix, de réconciliation et de justice.

Dans son message, le patriarche oecuménique rappelle tout d'abord que, dans la célébration de la liturgie de l'Eglise orthodoxe, " après avoir glorifié le Nom divin et béni le Royaume céleste, nous demandons trois choses au Seigneur : "la paix", "la paix qui vient d'en-haut" et "la paix pour le monde entier" ". Ainsi, " nous aspirons de tout notre coeur à ce que notre monde reflète le Royaume de Dieu et que l'amour de Dieu règne "sur la terre comme au ciel" ". " Pourtant, bien que la paix occupe une place centrale dans notre prière, il n'en va pas de même dans nos pratiques. En tant que disciples fidèles du Seigneur de la paix, nous devons constamment rechercher et préconiser sans relâche des manières d'agir qui rejettent la violence et la guerre. Il se peut, certes, que les conflits humains soient inévitables dans notre monde, mais ce n'est pas le cas de la guerre ni de la violence. Si ce siècle restera dans les mémoires, ce pourrait bien être pour avoir recherché "ce qui convient à la paix" (Rm 14,19) ", poursuit-il.
 
Pour le patriarche, la situation actuelle est sans précédent dans l'histoire de l'humanité, du fait, d'une part, de l'apparition d'armes de destruction massive et, d'autre part, de la menace de destruction que font peser les techniques modernes à l'environnement naturel. " La quête de la paix exige un revirement radical par rapport à ce qui constitue le mode normal de survie dans notre monde. La paix exige la " metanoïa " (la conversion), l'engagement et le courage ", affirme-t-il, ce qui implique d'opérer des choix, individuel et collectif, car " c'est à nous tous qu'il incombe soit d'aggraver la souffrance qui frappe notre monde, soit de contribuer à la guérison de celui-ci ". Les chrétiens orthodoxes ne sauraient manquer de se référer à la tradition de la Philocalie, une anthologie de textes ascétiques des 4 e-14e siècles composée au Mont-Athos au 18e siècle, qui souligne qu'" en dernière analyse, la paix commence toujours dans les coeurs ". " Comme l'écrit saint Isaac le Syrien (7e siècle), "si tu fais la paix avec toi-même, le ciel et la terre feront la paix avec toi". Pourtant, cette paix intérieure doit se manifester dans tous les aspects de notre vie et de notre monde ", rappelle-t-il encore.
 
" La paix est indissolublement liée à la justice et à la liberté, don et vocation accordés par Dieu à tous les humains en Christ et par l'oeuvre du Saint Esprit ", estime encore Bartholomée Ier, qui insiste sur la nécessité pour les hommes de " renoncer au désir d'amasser, au gaspillage engendré par une consommation effrénée et à l'orgueil nationaliste ", sous peine de quoi les efforts en faveur de la paix resteront vains ". " Pour instaurer la paix, il est essentiel que nous prenions conscience de la portée de nos pratiques sur les autres – en particulier sur les pauvres – et sur notre environnement ", car " il ne peut y avoir de paix sans justice ", insiste-t-il. " "Heureux ceux qui font oeuvre de paix; ils seront appelés fils de Dieu" (Mt 5,9). Devenir et être appelés enfants de Dieu, c'est renoncer à ce que nous voulons au profit de ce que Dieu veut, et renoncer à ce qui sert nos intérêts au profit de ce qui respecte les droits des autres ", poursuit-t-il, avant d'ajouter :  " Nous devons reconnaître que tous les êtres humains, et non seulement quelques-uns, ont le droit de partager les ressources de ce monde ".link
source:orthodoxepress.com

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents